Analyse mensuelle - novembre 2021 Version imprimable
 
Données complémentaires



En moyenne mobile sur trois mois, le solde extérieur de biens recule de nouveau fortement en novembre 2021 et atteint -9,0 milliards d’euros, le niveau le plus bas jamais atteint.

Orientées à la hausse depuis le début de l’année, les importations ont progressé encore plus fortement ces deux derniers mois pour atteindre un niveau record en novembre 2021. Ce dynamisme en valeur s’explique en très grande partie par la hausse des prix des matières premières, notamment énergétiques, et des produits industriels. En effet, en volume, les importations n’auraient augmenté que de 2,6 % depuis le début de l’année, contre 20,1 % en valeur. Les exportations ont également progressé en valeur sur la période mais à un rythme moins élevé. Leur croissance s’explique aussi majoritairement par la hausse des prix (+1,6 % seulement en volume depuis le début de 2021, contre +11,0 % en valeur).

Sur la fin d’année 2021, le déficit énergétique s’accroît nettement sous l’effet conjugué d’un pic inhabituel des importations d’électricité et de la croissance dynamique des approvisionnements en gaz et pétrole. Ces augmentations sont aggravées par la forte hausse des prix de l’énergie. Hors énergie, les soldes de biens d’investissement et de biens de consommation s’orientent également à la baisse sous l’effet d’une croissance plus prononcée des montants importés. S’agissant du solde des biens intermédiaires, il est quasi stable sur les trois derniers mois.
Solde commercial de la France (Biens) Données FAB/FAB

LA FORTE HAUSSE DES IMPORTATIONS ACCENTUE LA DIMINUTION DU SOLDE COMMERCIAL

En moyenne mobile sur trois mois, le solde commercial, en baisse tendancielle depuis le début de l’année, se dégrade sensiblement en octobre puis en novembre 2021. Il passe ainsi de –4,5 milliards d’euros en janvier 2021 à –9,0 milliards en novembre 2021, le solde mensuel le plus bas jamais atteint. Le déficit cumulé sur les 12 derniers mois s’élève à 77,6 milliards d’euros, soit 2,6 milliards de plus que le déficit annuel record de 2011.
 
Depuis le début de l’année, les importations progressent à un rythme soutenu (+0,9 Md€ par mois). En novembre 2021, le montant des importations atteint la somme historique de 52,5 milliards d’euros. Ce dynamisme en valeur s’explique en très grande partie par la hausse des prix des matières premières, notamment énergétiques, et des produits industriels. En effet, en volume (5), les importations n’ont augmenté que de 2,6 % depuis le début de l’année, contre 20,1 % en valeur. Les exportations ont aussi progressé tout au long de l’année mais à un rythme moins élevé (+0,4 Md€ en moyenne par mois). Elles s’établissent en novembre à 43,5 milliards d’euros, un montant quasiment équivalent au maximum d’avril 2019. À l’instar des importations, leur croissance s’explique surtout par la hausse des prix (+1,6% seulement en volume depuis janvier 2021, contre +11,0 % en valeur).
 

1-  Montants mensuels des échanges et solde FAB/FAB (1)


En Md€  Moyennes mobiles centrées, sur trois mois (2) Données mensuelles
MM 11.2021 MM 10.2021 MM 09.2021 MM 08.2021 11.2021 10.2021 09.2021 08.2021
Ensemble FAB/FAB (1), y compris matériel militaire et données sous le seuil
Solde -9,0 -8,1 -7,2 -7,0 -9,7 -7,7 -7,0 -6,8
Exportations 43,5 43,2 42,7 41,9 44,0 43,3 42,2 42,4
Importations 52,5 51,3 49,8 48,9 53,7 51,0 49,2 49,3
 Source : DGDDI



 

Echanges par produit Données CAF/FAB

LA TENDANCE À LA BAISSE DU SOLDE ÉNERGÉTIQUE S’ACCÉLÈRE À LA FIN DE L’ANNÉE

Sur la fin d’année 2021, la diminution du solde énergétique s’accentue nettement sous l’effet d’un pic des importations. Cette augmentation exceptionnelle des approvisionnements énergétiques s’explique à la fois par la hausse des prix de l’énergie, qui ne cessent d’augmenter depuis le début de l’année, mais également par la production d’électricité en France qui connaît une situation particulière sur cette fin d’année. Ainsi, la France, qui est traditionnellement exportatrice d’électricité, se retrouve importatrice nette en novembre, la production nationale ne permettant pas de répondre à une demande intérieure tirée par des températures en dessous de la normale. Ce nouveau déficit en volume est accentué par l’envolée des prix de l’électricité.
 
Hors énergie, le solde du commerce extérieur s’oriente également sensiblement à la baisse depuis deux mois, sous l’effet de la croissance marquée des importations en biens d’investissement et en biens de consommation.

2-  Soldes mensuels des échanges CAF/FAB (3): énergie et hors énergie


En Md€  Moyennes mobiles centrées, sur trois mois (2) Données mensuelles
MM 11.2021 MM 10.2021 MM 09.2021 MM 08.2021 11.2021 10.2021 09.2021 08.2021
Ensemble CAF/FAB (3), y compris matériel militaire et données sous le seuil
Solde -10,8 -9,9 -8,9 -8,7 -11,6 -9,4 -8,7 -8,5
Énergie -5,0 -4,4 -3,8 -3,5 -5,3 -4,2 -3,7 -3,6
CAF/FAB hors énergie -5,8 -5,5 -5,1 -5,2 -6,3 -5,2 -5,0 -4,9
 Source : DGDDI

 


LE SOLDE EN BIENS D’INVESTISSEMENT DIMINUE

Le solde en biens d’investissement s’oriente à la baisse depuis deux mois, sous l’effet d’un rebond des importations, notamment des achats de produits de la construction automobile. La dégradation de la balance commerciale aéronautique, liée à une hausse des importations combinée à un recul des exportations, vient renforcer la baisse du solde en biens d’investissement.
 

3-  Soldes mensuels des échanges CAF/FAB (3) des biens d'investissement (4)

 

LES IMPORTATIONS DE BIENS DE CONSOMMATION CONTINUENT DE PROGRESSER

Le solde des échanges de biens de consommation, qui était relativement stable de mars à septembre 2021, s’oriente légèrement à la baisse depuis, sous l’effet de la croissance plus prononcée des importations. Cette augmentation en valeur des approvisionnements en biens de consommation s’explique principalement par la progression des volumes, les prix contribuant à moins d’un cinquième de la hausse.
 

4-  Soldes mensuels des échanges CAF/FAB (3) de biens de consommation (4)

 

LE SOLDE EN BIENS INTERMÉDIAIRES EST QUASI STABLE DEPUIS TROIS MOIS

Après avoir été orienté à la baisse depuis le début de l’année, le solde en biens intermédiaires est quasi stable sur les trois derniers mois.
 
Depuis le début de l’année, dans un contexte de hausse des prix des matières premières industrielles, les échanges en valeur des biens intermédiaires progressent à un rythme très soutenu : +2,8 milliards d’euros à l’importation et +2,2 milliards à l’exportation entre janvier et novembre 2021. À l’exportation comme à l’importation, la hausse des prix contribue à près des trois cinquièmes de la croissance des échanges de biens intermédiaires en valeur.

5-  Soldes mensuels des échanges CAF/FAB (3) de biens intermédiaires (4)

 

6-  Évolution des échanges CAF/FAB (3) de produits manufacturés par usage final (4)


 
En Md€  Moyennes mobiles centrées, sur trois mois (2) Données mensuelles
MM 11.2021 MM 10.2021 MM 09.2021 MM 08.2021 11.2021 10.2021 09.2021 08.2021
Solde
Biens d'investissement -3,1 -2,9 -2,5 -2,5 -3,6 -2,7 -2,3 -2,3
Biens intermédiaires -2,3 -2,2 -2,3 -2,4 -2,2 -2,0 -2,3 -2,5
Biens de consommation -1,2 -1,1 -0,8 -0,8 -1,3 -1,2 -0,8 -0,5
Exportations
Biens d'investissement 12,1 12,1 12,3 12,3 12,0 12,2 12,2 12,6
Biens intermédiaires 12,9 12,7 12,5 12,1 13,0 13,0 12,3 12,1
Biens de consommation 13,0 12,9 12,8 12,6 13,3 12,7 12,8 12,9
Importations
Biens d'investissement 15,2 15,0 14,8 14,8 15,6 15,0 14,5 14,9
Biens intermédiaires 15,2 14,9 14,8 14,6 15,2 15,0 14,6 14,7
Biens de consommation 14,2 14,0 13,6 13,4 14,6 13,9 13,6 13,4
 Source : DGDDI  


 
(1)  Échanges FAF/FAB en Md€ corrigés des variations saisonnières et des effets des jours ouvrables (CVS-CJO)
(2)  NB : Le dernier point de la moyenne centrée sur 3 mois est estimé.
(3)  Échanges CAF/FAB en Md€ corrigés des variations saisonnières et des effets des jours ouvrables (CVS-CJO)
(4)  Les produits manufacturés peuvent être structurés par usage final à l’aide de la nomenclature des principaux regroupements industriels, ce qui est  particulièrement adapté à l'analyse économique.
(5)  Les volumes sont obtenus en rapportant la valeur du flux de marchandises considéré à l’indice de prix qui lui est associé, calculé par l’Insee et dont la référence est à 100 en 2005. (voir https://www.insee.fr/fr/statistiques/series/102877820?NATURE=2876491).
 
 
Pour plus de précisions sur les concepts et la méthodologie utilisés, se reporter au glossaire