Analyse mensuelle - juillet 2021

 
En données mensuelles, le solde du commerce extérieur de marchandises de la France s'établit à :
-7,0 milliards d'euros

 
Version imprimable
 
Données complémentaires




Depuis juin 2020, les exportations se redressent en tendance, à un rythme toutefois plus modéré depuis le début de l’année 2021. En juillet 2021, elles progressent légèrement sur le mois et atteignent 96 % de leur niveau moyen de 2019. La croissance des importations, qui dépasse celle des exportations depuis le début de l’année, est tout de même sensiblement plus faible sur les derniers mois. Les importations retrouvent, en juillet, leur niveau moyen en 2019. Ce constat s’explique en partie par la forte hausse des prix à l’importation des matières premières et produits industriels constatée depuis le début de l’année.

Le déficit est quasi stable depuis avril 2021 après avoir nettement augmenté depuis le début de l’année. Il s’élève en juillet à 6,6 milliards d’euros, un niveau bien supérieur à celui observé en moyenne en 2019 (4,9 milliards). En cumul sur douze mois glissants, le déficit s’établit au niveau élevé de près de 68 milliards d’euros.

En juillet 2021, le déficit énergétique est stable depuis quatre mois à près de 3,0 milliards d’euros, un niveau inférieur à celui d’avant la crise. Le déficit des biens de consommation est lui aussi globalement stable sur la même période, après avoir nettement augmenté au début de l’année. Dans un contexte de réduction des échanges, qui se situent en deçà de leur niveau moyen en 2019, le solde des biens d’investissement se stabilise sur les cinq derniers mois à un niveau bas. À l’inverse, les échanges de biens intermédiaires se redressent sensiblement sur la période et atteignent en juillet 2021, à l’image de leur solde, des niveaux records.
Solde commercial de la France (Biens) Données FAB/FAB

LE DÉFICIT SE MAINTIENT À UN NIVEAU PARTICULIEREMENT ÉLEVÉ

En moyenne mobile sur trois mois, le solde commercial est quasi-stable depuis quatre mois. Cette phase fait suite à une hausse ininterrompue au 2e semestre 2020 suivie d'une dégradation tout aussi forte durant le 1er trimestre de l'année 2021. Il s'établit ainsi en juillet 2021 à -6,6 milliards d'euros, un niveau bien plus dégradé que celui observé en moyenne en 2019 (-4,9 milliards d'euros).
 
Depuis juin 2020, les flux repartent à la hausse sur des rythmes différents. La progression des exportations s'est fortement infléchie depuis le début de l'année 2021, alors que celle des importations quoique plus dynamique que les exportations sur la période (+0,6 milliard par mois en moyenne depuis janvier 2021 contre +0,2 milliard pour les exportations) ralentissent par rapport au 2e semestre 2020. En juillet 2021, les exportations atteignent 96 % de leur niveau moyen de 2019 tandis que les importations retrouvent leur niveau moyen de 2019. Ce retour à la normale des importations par rapport à la situation d'avant crise doit toutefois être relativisé. Il est, en partie, dû à la hausse des prix à l'importation des matières premières et des produits industriels observée depuis le début de l'année.
 
En cumulé sur douze mois glissants, le déficit s'établit à un niveau élevé de près de 68 milliards d'euros, proche des niveaux historiquement hauts d'avril et mai.
 

1-  Montants mensuels des échanges et solde FAB/FAB (1)


En Md€  Moyennes mobiles centrées, sur trois mois (2) Données mensuelles
MM 07.2021 MM 06.2021 MM 05.2021 MM 04.2021 07.2021 06.2021 05.2021 04.2021
Ensemble FAB/FAB (1), y compris matériel militaire et données sous le seuil
Solde -6,6 -6,6 -6,5 -6,6 -7,0 -6,1 -6,8 -6,5
Exportations 40,9 40,5 40,5 39,9 40,7 41,5 39,4 40,5
Importations 47,5 47,1 46,9 46,5 47,6 47,6 46,2 47,0
 Source : DGDDI



 

Echanges par produits Données CAF/FAB

LE DÉFICIT HORS ÉNERGIE EST QUASI STABLE DEPUIS QUATRE MOIS

Le déficit énergétique se maintient depuis quatre mois à près de 3,0 milliards d'euros, un niveau nettement inférieur à celui d'avant la crise (3,7 milliards d'euros en moyenne en 2019). Toutefois, la forte hausse sur la période des prix des hydrocarbures naturels, qui alourdit le montant des approvisionnements énergétiques, dégrade nettement ce déficit par rapport à fin 2020.
 
Après avoir nettement augmenté au début de l'année 2021, le déficit hors énergie est globalement stable depuis avril et s'établit, hors période Covid en 2020, à des niveaux records. Depuis le début de l'année, les importations progressent plus rapidement que les exportations (+0,4 milliard d'euros en moyenne chaque mois contre +0,2 milliard pour les exportations).

2-  Soldes mensuels des échanges CAF/FAB (3): énergie et hors énergie


En Md€  Moyennes mobiles centrées, sur trois mois (2) Données mensuelles
MM 07.2021 MM 06.2021 MM 05.2021 MM 04.2021 07.2021 06.2021 05.2021 04.2021
Ensemble CAF/FAB (3), y compris matériel militaire et données sous le seuil
Solde -8,2 -8,2 -8,1 -8,2 -8,6 -7,7 -8,4 -8,1
Énergie -3,0 -3,0 -2,9 -2,9 -3,1 -2,8 -3,0 -3,0
CAF/FAB hors énergie -5,2 -5,2 -5,2 -5,3 -5,5 -4,9 -5,4 -5,1
 Source : DGDDI

 


LES ÉCHANGES DE BIENS D'INVESTISSEMENT SE REPLIENT SUR LES DERNIERS MOIS

Depuis avril 2021, les importations en biens d'investissement sont tendanciellement en baisse. Elles descendent, en juillet 2021, à 91 % de leur niveau moyen en 2019. Les exportations de biens d'investissement reculent depuis la fin de l'année 2020 dans le sillage des produits de la construction automobile. Elles se replient en juillet à 79 % de leur niveau moyen en 2019.
 
Sur les derniers mois, la baisse des exportations contrebalançant celle des importations, le déficit en biens d'investissement se stabilise. Il se situe en juillet à 2,7 milliards d'euros, un niveau bien supérieur à celui d'avant la crise sanitaire de 2020.

3-  Soldes mensuels des échanges CAF/FAB (3) des biens d'investissement (4)

 

LE SOLDE DES BIENS DE CONSOMMATION EST STABLE DEPUIS QUATRE MOIS

En moyenne mobile, le déficit des échanges de biens de consommation est stable depuis quatre mois après avoir connu une forte progression au début de l'année 2021. Il s'élève en juillet à 0,9 milliard d'euros, un niveau proche de celui d'avant crise.
 
Les importations de ces biens sont tendanciellement en hausse depuis le début de l'année tandis que les exportations n'ont rebondi qu'au 2e trimestre 2021, après avoir été stables en début d'année.

4-  Soldes mensuels des échanges CAF/FAB (3) de biens de consommation (4)

 

LES ÉCHANGES DE BIENS INTERMÉDIAIRES CONTINUENT D'AUGMENTER

Depuis juin 2020, les échanges en valeur de biens intermédiaires se redressent de manière très marquée dans un contexte d'accroissement fort des prix des matières premières industrielles. Ces flux de biens intermédiaires atteignent des niveaux records en juillet 2021 à hauteur de 14,1 milliards d'euros pour les importations et 12,1 milliards d'euros pour les exportations.
 
En moyenne mobile sur trois mois, le déficit des échanges de biens intermédiaires se maintient depuis cinq mois à un niveau historiquement haut et s'établit en juillet 2021 à 2,0 milliards d'euros.

5-  Soldes mensuels des échanges CAF/FAB (3) de biens intermédiaires (4)

 

6-  Évolution des échanges CAF/FAB (3) de produits manufacturés par usage final (4)


 
En Md€  Moyennes mobiles centrées, sur trois mois (2) Données mensuelles
MM 07.2021 MM 06.2021 MM 05.2021 MM 04.2021 07.2021 06.2021 05.2021 04.2021
Solde
Biens d'investissement -2,7 -2,8 -2,7 -2,8 -2,7 -2,8 -2,9 -2,5
Biens intermédiaires -2,0 -1,9 -1,9 -2,0 -2,4 -1,4 -2,0 -2,3
Biens de consommation -0,9 -0,9 -0,9 -0,9 -0,9 -0,9 -1,0 -0,7
Exportations
Biens d'investissement 12,1 12,1 12,4 12,4 12,1 12,3 11,9 13,0
Biens intermédiaires 12,1 12,0 11,7 11,3 11,9 12,5 11,5 11,2
Biens de consommation 12,4 12,3 12,4 12,2 12,2 12,7 12,1 12,3
Importations
Biens d'investissement 14,9 14,9 15,1 15,2 14,8 15,1 14,9 15,5
Biens intermédiaires 14,1 13,9 13,6 13,4 14,3 13,9 13,5 13,5
Biens de consommation 13,3 13,2 13,2 13,1 13,1 13,6 13,1 13,0
 Source : DGDDI  


 
(1)  Échanges FAF/FAB en Md€ corrigés des variations saisonnières et des effets des jours ouvrables (CVS-CJO)
(2)  NB : Le dernier point de la moyenne centrée sur 3 mois est estimé.
(3)  Échanges CAF/FAB en Md€ corrigés des variations saisonnières et des effets des jours ouvrables (CVS-CJO)
(4)  Les produits manufacturés peuvent être structurés par usage final à l’aide de la nomenclature des principaux regroupements industriels, ce qui est  particulièrement adapté à l'analyse économique.
 
 
Pour plus de précisions sur les concepts et la méthodologie utilisés, se reporter au glossaire