Analyse mensuelle - juin 2019

 
Le solde du commerce extérieur de marchandises de la France s'établit à :
-5,187 milliards d'euros

 
Version imprimable
 
Données complémentaires



Après la nette amélioration observée en mai, le solde diminue de 1,9 milliard d'euros pour s’établir à –5,2 milliards. Ce repli s’explique notamment par le contrecoup des exportations, après le bond du mois précédent. Dans le même temps, les importations diminuent légèrement après la hausse modérée observée en mai. En moyenne sur trois mois, le solde est orienté à la hausse depuis le début du 2e trimestre 2019.
En juin 2019, le solde des échanges hors énergie diminue de 2,0 milliards. Il se dégrade pour les biens d’investissement, les biens de consommation ainsi que les biens intermédiaires. A l’inverse, il progresse très légèrement pour les produits énergétiques

             Solde commercial de la France (Biens)                         Données FAB/FAB

LE SOLDE SE REPLIE NETTEMENT EN JUIN APRÈS LE BOND ENREGISTRÉ EN MAI

Le solde se contracte sensiblement, passant de –3,3 milliards d’euros en mai 2019 à –5,2 milliards d’euros en juin 2019, soit une baisse de 1,9 Md€. Il revient à un niveau plus habituel après le point haut de mai 2019, en raison de la dégradation du solde en biens d’investissement (–0,7 Md€ après +0,3 Md€ en mai), en matériel militaire (–0,6 Md€ après +0,7 Md€), en biens de consommation (–0,4 Md€ après +0,4 Md€) et en biens intermédiaires (–0,3 Md€ après +0,2 Md€).
 
En juin 2019, les exportations se replient fortement (–2,2 Mds€, soit –4,9 %), après le bond de mai (+1,9Md€, soit +4,3 %). Ce recul marqué est relativement généralisé. Les principales baisses concernent le matériel militaire, dont les livraisons chutent après le pic du mois passé, les produits de la construction aéronautique et spatiale, les produits sidérurgiques et de première transformation de l’acier, les appareils de mesure et de navigation, les boissons ainsi que les produits pharmaceutiques. Dans le même temps, les importations diminuent légèrement (–0,3Md€, soit –0,6 %), le recul marqué des approvisionnements en gaz naturel, en pétrole raffiné et en produits de la construction aéronautique étant atténué par la hausse des importations de véhicules automobiles.
 

LE SOLDE PROGRESSE EN MOYENNE SUR TROIS MOIS

En moyenne sur 3 mois(2), le solde progresse sous l’effet d’une reprise des exportations conjuguée à une stabilité des importations sur la période. Depuis le début du 2e trimestre 2019, la tendance est à l’amélioration après la stabilité observée au 4e trimestre 2018 puis la baisse au 1er trimestre 2019.
 
En cumul sur les 12 derniers mois, le solde est quasiment stable en juin après la hausse enregistrée en mai. Il atteint –54,0 milliards d’euros contre –59,2 milliards d’euros en 2018 et –58,0 milliards d’euros en 2017.

1-  Montants mensuels des échanges et solde FAB/FAB (1)

En Md€  Juin 2019 Mai 2019 Avril 2019 Juin 2019 - Mai 2019 Mai 2019 - Avril 2019
Ensemble FAB/FAB (1), y compris matériel militaire et données sous le seuil
Solde -5,2 -3,3 -4,8 -1,9 1,5
Exportations 41,9 44,1 42,2 -2,2 1,9
Importations 47,1 47,4 47,0 -0,3 0,4


 


 

             Échanges par produits                                                 Données CAF/FAB

LE SOLDE ÉNERGÉTIQUE PROGRESSE TRÈS LÉGÈREMENT EN JUIN

En juin 2019, le solde énergétique CAF/FAB(1) s’améliore de 0,1 Md€ et atteint –3,8 Mds€, la baisse des importations (–5,6 %), notamment les approvisionnements en gaz naturel et en pétrole raffiné, l’emportant sur le recul des exportations (–13,4 %). Au 2e trimestre 2019, le solde énergétique se dégrade de 0,2 Md€ par rapport au 1er trimestre 2019, la baisse des livraisons sur la période (–6,2 %, T/T–1) étant supérieure à celle des acquisitions (–1,0 %). Comparativement au 2e trimestre 2018, il est en léger recul (–0,1 Md€), du fait de la hausse des approvisionnements en hydrocarbures naturels et malgré la baisse des achats de pétrole raffiné.
 
Hors énergie, le solde des échanges recule de 2,0 Mds€ pour s’établir en juin à –3,0 Mds€.

2-  Soldes mensuels des échanges CAF/FAB (1): énergie et hors énergie

En Md€  Juin 2019 Juin 2019 - Mai 2019 Mai 2019 - Avril 2019 T - (T-1)(3) T - (T-4)(4)
Ensemble CAF/FAB (1), y compris matériel militaire et données sous le seuil
Solde -6,8 -1,9 1,5 0,5 4,0
Énergie -3,8 0,1 0,2 -0,2 -0,1
CAF/FAB hors énergie -3,0 -2,0 1,3 0,7 4,1

 

LE SOLDE EN BIENS D’INVESTISSEMENT SE DÉGRADE EN JUIN

En juin 2019, le solde en biens d’investissement diminue de 0,7Md€, du fait du repli des exportations (–4,3 % après +4,9 % en mai) conjugué à la stabilité des importations (0,0 % après +2,8 %). Il se détériore notamment pour les produits de la construction automobile (–0,3Md€) sous l’effet conjoint d’une hausse des approvisionnements et du repli partiel des livraisons. –4,5 %), les livraisons d’Airbus atteignant notamment leur plus haut niveau depuis le pic de décembre 2017. Dans le même temps, les importations aéronautiques rebondissent (+8,3 % après –5,4 %), atténuant de fait l’amélioration de l’excédent.
 
Au 2e trimestre 2019, le solde en biens d’investissement recule de 0,7Md€ par rapport au 1er trimestre 2019. Il se réduit notamment de 0,9Md€ pour les produits de la construction automobile, en raison d’une baisse des livraisons et d’une hausse des acquisitions, et de 0,7Md€ pour les produits de la construction navale, le 1er trimestre ayant été marqué par un pic exceptionnel des livraisons de navires en février. Comparativement au 2e trimestre 2018, le solde en biens d’investissement du 2e trimestre 2019 progresse de 1,7Md€ sous l’effet de l’amélioration de 2Mds€ de l’excédent aéronautique.

3-  Soldes mensuels des échanges CAF/FAB (1) de produits manufacturés par usage final (2)

   

LE SOLDE DIMINUE ÉGALEMENT POUR LES BIENS DE CONSOMMATION…

En juin 2019, le solde en biens de consommation se dégrade de 0,4 Md€ en raison du repli des exportations (–3,5 % après +4,9 % en mai). Les principales baisses à l’exportation concernent les boissons et les produits pharmaceutiques À l’importation, les approvisionnements en produits pharmaceutiques reculent également, limitant ainsi la détérioration de l’excédent de cette branche.
 
Au 2e trimestre 2019, le solde en biens de consommation progresse de 1,1 Md€ comparativement au 1er trimestre 2018 sous l’effet d’une baisse des importations (–2,2 %) conjugué à une hausse des exportations (–0,6 %). Il s’améliore notamment pour les produits pharmaceutiques (+0,7 Md€) et pour les articles de joaillerie et bijouterie (+0,3 Md€). Comparativement au 2e trimestre 2018, le solde en biens de consommation augmente de 1,4 Md€ au 2e trimestre 2019, à la faveur d’une hausse des exportations (+7,4 %) supérieure à celle des importations (+3,0 %). Il croît en particulier pour les produits pharmaceutiques (+1,2 Md€), en raison notamment de livraisons plus importantes, et, dans une moindre mesure, pour les boissons (+0,3 Md€).


 
… ET POUR LES BIENS INTERMÉDIAIRES

En juin 2019, le solde en biens intermédiaires diminue de 0,3 Md€ du fait d’une baisse des exportations (–2,6 % après +1,8 %), notamment les livraisons de produits sidérurgiques et de première transformation de l’acier. Dans le même temps, les importations fluctuent peu pour le 2e mois consécutif (–0,2 % après +0,1 % en mai). –0,8 % en avril), notamment les livraisons de produits chimiques et de produits sidérurgiques et de première transformation de l’acier (+4,1 %). Dans le même temps, les importations sont stables (+0,1 % après –1,0 %).
 
En cumul sur trois mois, le solde en biens intermédiaires du 2e trimestre 2019 est inférieur de 0,3 Md€ à celui du 1er trimestre 2019, la baisse des livraisons (–1,2 %) étant plus prononcée que celle des acquisitions (–0,3 %). Il se dégrade notamment pour les produits chimiques (–0,2 Md€). Le solde en biens intermédiaires au 2e trimestre 2019 est au même niveau que celui du 2e trimestre 2018, la hausse des exportations sur la période (+1,0 %) étant contrebalancée par celle des importations (+0,8 %). (–0,1 Md€), les flux étant peu dynamiques (0,0 % à l’exportation, +0,4 % à l’importation). Il est également quasiment stable sur un an (–0,1 Md€), la hausse des exportations (+2,4 %) étant contrebalancée par celle des importations (+2,3 %).
 
4-  Évolution des échanges CAF/FAB de produits manufacturés par usage final (2)

En Md€  Juin 2019 Juin 2019 - Mai 2019 Mai 2019 - Avril 2019 T - (T-1)(3) T - (T-4)(4)
Solde
Biens d'investissement -1,0 -0,7 0,3 -0,7 1,7
Biens intermédiaires -1,5 -0,3 0,2 -0,3 0,0
Biens de consommation -0,7 -0,4 0,4 1,1 1,4

 

 
  Juin 2019 (en Md€) Juin 2019 / Mai 2019 Mai 2019 / Avril 2019 T /(T-1)(3) T / (T-4)(4)
Exportations
Biens d'investissement 15,3 -4,3% 4,9% -0,1% 7,2%
Biens intermédiaires 11,1 -2,6% 1,8% -1,2% 1,0%
Biens de consommation 11,8 -3,5% 4,9% 0,7% 7,4%
Importations
Biens d'investissement 16,4 0,0% 2,8% 1,4% 3,1%
Biens intermédiaires 12,6 -0,2% 0,1% -0,3% 0,8%
Biens de consommation 12,4 -0,1% 1,7% -2,2% 3,0%
   


 
(1)  Échanges CAF/FAB en Md€ corrigés des variations saisonnières et des effets des jours ouvrables (CVS-CJO)
(2)   Les produits manufacturés peuvent être structurés par usage final à l’aide de la nomenclature des principaux regroupements industriels, qui est  particulièrement adaptée à l'analyse économique. Pour le détail des regroupements utilisés ici, se reporter au glossaire
(3)  Total des trois derniers mois (T) comparé au total des trois mois qui les précédent immédiatement (T-1)
(4)  Total des trois derniers mois (T) comparé au total des trois mois équivalents de l’année  n-1 (T-4)
 
 
Pour plus de précisions sur les concepts et la méthodologie utilisés, se reporter au glossaire